Imprimer

SOUDAN 2014

Écrit par PeterH le .


Destination : Croisière Mer Rouge Soudan
Pays : Soudan
Durée du séjour : 10 jours
Tour Opérateur : AMV Subocéa
Booking : La P5 au complet PeterH + l'éclairagiste + wirelessman
Prix : ~ 1800 €




Toutes les photos du périple sont là:

SOUDAN 2014 : Soudan mon Soudan...

10 ans déjà, cela fait 10 ans que la P5 traîne ses palmes aux quatre coins du monde, Madagascar, Djibouti, Maldives, Afrique du Sud, Galapagos, Socorro, Re-Afrique du Sud (Sardin Run), Sipadan et l’année dernière Komodo. Pour fêter ces dix ans et le retour au bercail du Grand Monsieur la P5 a choisi une destination prometteuse : le Soudan.

Nous avons entendu beaucoup de commentaires sur cette destination : « vous êtes inconscients ils sont en guerre », « vous allez alimenter la cohorte d’otages français dans la région », « c’est une république islamique vos apéros saucisson Ricard oubliez », « les Janjawid ne sont pas des enfants de cœur s’ils vous capturent on ne paiera pas la rançon »

OK, OK, petite précision les événements dont on parle se passent au Sud Soudan et opposent depuis décembre 2013 les partisans du président Salva Klir et ceux du vice-président Rick Machar sur fond de révolte ethnique : d’un côté les Dinkas (ethnie majoritaire de Salva Klir) et de l’autre les Nuers (ethnie de Rick Machar).

Le Soudan c’est grand : 1 886 068 km2. C’est le 3ème plus grand pays d’Afrique derrière l’Algérie et la RDC. Donc le Sud Soudan c’est loin sachant que notre destination se trouve plus au nord sur la façade que possède le Soudan sur la Mer Rouge.

Pour rappel côté Ouest de la Mer Rouge on a l’Egypte au nord et en allant vers le sud le Soudan, l’Erythrée et finalement Djibouti qui ferme la Mer Rouge avec le détroit de Bad-el-Mandeb et le golfe d’Aden. La côte soudanaise c’est un peu la Mer Rouge originelle comme devait l’être Marsa Alam il y a 10 ans et Urghada il y a 20 ans.

En 2005 lorsque nous avions trempé nos palmes à Djibouti dans le golfe de Tadjoura et l’anse du Goubet nous avions remarqué que la faune et la flore de la Mer Rouge y était plus grande. Les tables d’acropores étaient immenses et les poissons ange, clown, chirurgien, … beaucoup plus gros qu’en Egypte.

Au Soudan nous avons trouvé une taille intermédiaire, cela parait logique. Ce phénomène vient simplement du fait que les eaux sont de plus en plus planctoniques en allant vers le sud de la Mer Rouge. Pour y aller on fait un petit détour par Dubaï en A380 puis vol vers Port-Soudan via Fly Dubaï.

Port-Soudan c’est le port principal du pays avec une population de 475 000 habitants tout de même. On y voit un peu d’activité car les bateaux y transportent les produits agricoles de la vallée du Nil et le port est équipé également d’un terminal pétrolier.

Le bateau

Nous prenons nos marques sur le bateau. Il s’agit du Némo de la flotte de Dune. C’est un beau bateau de croisière plongée dans la lignée des bateaux égyptiens.

N’en déplaise à Fred, nous avons préféré de loin ce bateau au mythique Baron noir car franchement à part le nom sa superbe en a pris un coup : il est petit, très moche sur l’eau et donne l’impression de prendre l’eau. A éviter même pour les nostalgiques.

Bonne nouvelle nous ne sommes que 10 sur le bateau alors que ce dernier peut accueillir 23 personnes. Plutôt cool.

Le groupe a l’air sympa, des toulousains, des lyonnais, des montpelliérains et le reste des parisiens dont la P5. Les dive masters Suel et Fred cools itou.

Nuit à Port-Soudan

Nous passons la nuit à Port-Soudan avant d’appareiller le lendemain pour notre croisière. On nous propose de nous débarquer pour aller faire un petit tour sur le port. Déjà bien intrigués par le fait que la population locale s’employait à s’installer sur des chaises en plastique sur le port pour nous observer (visiblement c’est l’animation locale), la P5 accepte l’invitation et décide de s’aventurer dans cette contrée réputée hostile. Vous en resterez pour votre faim car nous n’avons rencontré aucune animosité vis-à-vis des mécréants que nous sommes mais plutôt une sorte de bienveillance à notre égard. Mis à part le fait qu’ils nous aient pigeonnés sur le prix du café soudanais (20 € pour 3 cafés hyper-sucrés la note pour le coup était, elle, salée) tout s’est bien passé. Les femmes sont voilées certes mais ce n’est pas la bâche intégrale. On peut voir leur visage qui pour certaines présente des traits fins.

Allez ! Petite navette qui nous ramène au bateau et dodo…

Le lendemain matin

Le matos est prêt on s’équipe d’une bombonne de Nitrox et première plongée sur un petit sec non loin de Port-Soudan. Cela fait penser à l’Egypte, belle visi, des raies à points bleus mais rien d’exceptionnel.

Sha’ab Rumi

Les choses sérieuses commencent. Sha’ab Rumi est un des top spots mondiaux de la plongée. Ce spot est devenu célèbre depuis que Cousteau en 1964 y filmera toute la richesse du site et qu’il y construisit son second projet de maison sous la mer : Précontient II.

Précontinent II ce sera pour plus tard, commençons par la faune et la flore. Sha’ab Rumi est très connu pour ses bancs de marteaux c’est une des raisons de notre choix vers cette destination. Il faut savoir cependant que la rencontre avec Shyrna lewini est des plus incertaine. Il suffit que l’eau soit légèrement trop chaude, que le plancton soit trop présent, que la météo ne soit pas au rendez-vous et les chances de le rencontrer s’amenuisent fortement.

C’est ce qui s’est passé sur Sha’ab Rumi, de beaux spécimens, des individus isolés, mais point de bancs bien gros et bien denses.

Les plongées à la recherche des marteaux se font dans le bleu, il faut accepter de s’éloigne du tombant quitte à ne rien voir du tout, une plongée blanche dans le bleu et on voit rouge…

Les plongées s’enchainent sur Sha’ab Rumi avec une mention spéciale pour la rencontre sous l’eau avec un banc de dauphins de 50 individus qui ont daigné s’attarder avec nous quelques minutes pour un instant rare. Belle séquence vidéo dans la boite.

Précontinent II

Revenons à Précontinent II, je vous le dis tout de suite cela n’a rien d’extraordinaire et c’est un peu l’arnaque de cette croisière.

Le principe : Cousteau voulait montrer qu’il était possible de créer des cités sous-marines et que l’homme pouvait y vivre. Tout le matériel a été amené de France par la Calypso et le Rosaldo. Cousteau grand écolo dans l’âme n’a pas hésité à dynamiter le récif pour créer une passe et faire entrer le matériel dans le lagon.

Le barnum est constitué de :

  • Un garage en forme de dôme pour la soucoupe plongeante
  • Un lieu d’habitation à 10m de profondeur pour 5 hommes
  • Un hangar pour les scooters (NDLR : JR tu peux y mettre le tien)
  • Une maison à 25m pour 2 hommes


Il faut voir ou revoir le film qui a été fait sur cette « aventure » par Cousteau à l’époque c’est à mourir de rire. On y voit des plongeurs vaquer à leurs occupations soit en combinaison argentée type Startrek ou en petit slip de bain très moulant. Dans une séquence on voit ainsi un des plongeurs passer l’aspirateur quand dans une autre séquence on nous explique que tous les métiers sont présents dans cette ville sous-marine, un plongeur surgit alors des profondeurs en combinaison tout dégoulinant équipé d’un peigne et d’une tondeuse et entreprend de refaire la coupe de cheveu d’un quidam dans la soucoupe. Surréaliste, et tout le reste du film est dans la même veine.




Sanganeb

Il est temps de laisser Sha’ab Rumi et de faire migrer notre quête de rencontre de marteaux sur un autre site de renom de la côte soudanaise : Sanganeb.

Déjà de loin on ne peut pas le rater car comme sorti de nulle part se dresse en plein milieu de la Mer Rouge un phare imposant indiquant la présence d’un large platier. Sanganeb est le premier parc marin national créé au Soudan dans les années 90.

Avec près de 120 plateaux coralliens et une superficie de 26 000 ha Sanganeb est connu pour pour sa grande biodiversité : requins, dauphins, tortues, barracudas, ….

La partie nord est plus profonde et descend à 48m c’est le spot à requins alors que la partie sud remonte à 20m et offre une très belle richesse corallienne avec passage de gris.

6H30 réveil pour la plongée du matin. Briefing, la target est toujours la même, on se décale du reef et on scrute, on scrute, …

Cette fois l’attente n’est pas longue, une dizaine de marteaux passent sous nos palmes sans effort tranquillement. Ils sont entre 40 et 50m, on descend un peu notre Nitrox 30 nous le permet. Cela s’anime de plus en plus ils sont bien maintenant une cinquantaine à passer et repasser entre les plongeurs. C’est beau.

« …Il est temps de prendre quelques beaux plans vidéo, j’appuie sur le bouton REC, P. d. M. la caméra est en mode photo, je fulmine, je vocifère car impossible de passer en mode vidéo avec les commandes du caisson. J’suis vert… On se calme, tant pis, je profite de la plongée, j’imprime les images que je vois.»

Evidemment nous avons fait d’autres très belles plongées sur Sanganeb mais plus de rencontres avec les marteaux. C’est aussi le charme de la plongée, rien n'est sûr, rien n’est acquis, les rencontres se méritent.

Le soir petite visite du phare très sympa. 268 marches à monter c’est bon pour la digestion. La vue est exceptionnelle sur l’ensemble du parc marin. Le site est tenu par quelques militaires qui se font un peu de tune en vendant des t-shirts (Fred en a trouvé un orange) et des casquettes aux rares touristes de passage. Le matériel est d’époque, les génératrices, la lentille du phare, mais cela fonctionne.

Le séjour touche à sa fin, il nous reste cependant un must de la plongée au Soudan : l’épave de l’Umbria.

L'Umbria

Rapide briefing : c’est un cargo de 153m de long de 10 076 tonnes construit par les chantiers Rieherst Schiffswerks de Hambourg. Lancé en 1911 sous le nom de « Bahia Blanca » il pouvait transporter 2000 passagers en deux classes ainsi que 9000 tonnes de fret.

Entre 1912 et le début de la 1ère guerre mondiale, il assure une ligne entre Hambourg et l’Amérique du Sud. En 1914 il est bloqué dans le port de Buenos Aires et acheté en 1918 par le gouvernement argentin. En 1935, le gouvernement italien l’acquiert et le rebaptise « Umbria ». Il est transformé en transport de troupes et effectue seize rotations vers les colonies italiennes de l’Afrique de l’Est (Somalie). En 1937 il est acquis par la compagnie Loyd Triestino et parcourt la Méditerranée.

Pour son dernier voyage, sous les ordres du capitaine Lorenzo Muiesan, il charge de l’armement (bombes, obus, détonateurs, véhicule de pièces de rechange dont des moteurs d’avion en étoile et des capotages) dans différents ports italiens. Début juin 1940, alors que le second conflit mondial est déclaré, l’Italie est encore neutre et l’Umbria emprunte le canal de Suez contrôlé par les britanniques. Le 9 juin, il arrive en vue de Port Soudan et le HMS Grimsby de la Royal Navy le force à mouiller sur Wingate Reef. Le lendemain, le capitaine apprend par la radio éthiopienne, l’entrée en guerre de l’Italie. Rapidement il met au point le sabordage du navire sous le couvert d’un exercice d’évacuation. Les différentes plaques d’obturation des prises d’eau sont brisées et la cause est entendue. L’équipage et les personnes à bord sont évacués sans dommages au cours de l’exercice autorisé par les autorités anglaises.

La première plongée se fera de nuit pour apprécier la bête. Effectivement c’est grand, même très grand à tel point que nous aurons à peine le temps de rejoindre la proue, de croiser un banc de plongeuses ukrainiennes, qu’il faut déjà revenir à la poupe mais déjà de biens belles sensations.

Le lendemain 2 plongées sont prévues sur l’Umbria le temps d’en faire correctement le tour.

Celle du matin fut la plus belle pour sa visi et ses lumières. Dans le coursives et les cales nous jouons avec les puits de lumière et qui viennent illuminer de leur bleu intense des bancs de glassfish et poissons cochers.

L’Umbria Bellissima !

Le retour déjà...

Retour vers Port-Soudan. Nous avons la journée pour désaturer avant le vol du retour le lendemain matin.

Une ballade dans le souk de Port-Soudan est prévue au programme.

Nous embarquons dans des tuk-tuks noirs ce sont les taxis locaux. En traversant la ville même si cette dernière apparait plus moderne que ce que je pouvais imaginer, évidemment pas un hôtel, pas un troquet, pas un touriste occidental à l’horizon.

L’arrivée au souk confirme cette impression, on est bien loin des souks de Marrakech, c’est beaucoup plus « roots ».

Un petit mot sur le pavillon (NDLR c’est un bien grand mot !) des gallinacés. A priori c’est la chasse gardée des femmes. Elles s’y entassent donc avec des poulets rachitiques et des pigeons déplumés le tout dans des cages qui ne ressemblent à rien. Qui peut acheter ça ?

Fred a raté le pavillon High Tech qui il parait valait le détour. J’ai oublié le nom de l’opérateur local, un indien je crois.

Voilà c’est fini on a tant ressassé les mêmes théories comme dit la chanson d’Aubert. Un joli petit trip de la P5, sans doute pas le meilleur d’un point de vue plongée mais il y avait le plaisir de retrouver la P5 au complet et ça…

See you soon...

Pierre

Commentaire (2) Clics: 287
Imprimer

De la Zik, de la Zik, de la Zik!

Écrit par Catherine Leroux le .

Nouvelle année, il faut se nettoyer les esgourdes!

Bernhoft au Bataclan le 22 mai : A NE PAS RATER!

C'est un roi de la soul ! C'est officiel, le chanteur norvégien Bernhoft effectuera son retour sur le devant de la scène musicale en 2014. Le musicien est actuellement en studio pour finaliser l'enregistrement de son troisième opus solo, attendu pour le mois d'avril. Star dans son pays natal, Jarle Bernhoft aura mis du temps avant de s'exporter à l'international... 15 ans et 7 albums, précisément ! L'artiste de 37 ans a en effet œuvré au sein de deux groupes de heavy rock, Explicit Lyrics et Span, avant de se lancer en solo en 2008, avec l'opus "Ceramik City Chronicles". Il lui aura fallu encore trois années supplémentaires et l'album "Solidarity Breaks" pour imposer son style mixant pop, folk et soul et sa maîtrise vocale, impressionnante sur le single "C'mon Talk". D'autant que le Norvégien, qui multiplie les talents, joue lui-même de tous les instruments grâce à une pédale d'effets.




Notre ami Julien en concert vendredi 31/01 et samedi 01/02

On commence par notre Julien alias Christophe alias Wifi-man qui se produit ce week-end en formation Banda aux deux adresses suivantes:
Vendredi : à partir de 20h au The Thistle pub, 112 rue st denis, paris. Il y aura de la bière vu le nom!! C'est pas loin de châtelet.
Samedi : à partir de 21h au Okay Cafe à la vilette, adresse 41 bis quai de Loire, 75019 Paris La Villette.

Solyl’s le vendredi 7 février à partir de 20h aux « disquaires »

Solyl’s, nous les avons découverts au Hangar à Ivry, il y a quelques mois : Une chanteuse, cinq musiciens, un groove imparable! Un groupe très sympathique, qui nous a, comme dit Pierre, réconcilié avec les premières parties… Un mélange de soul, de funk et d’énergie sur scène qui donne à tous l’envie de danser ! Les Disquaires : A deux pas de Bastille, (4-6 rue de Taillandiers) le bar Les Disquaires programme des concerts gratuits du mardi au samedi à 20h : jazz, funk, hip hop et soul, et des DJ sets à 22h…et dès 22h, les danseurs envahissent la salle en contrebas. http://lesdisquaires.com

Milvio Rodriguez Y La Orquesta Paris Latin Band le vendredi 14 février à partir de 20h au Hangar à Ivry

Amateurs de salsa, de swing jazzy, c’est votre soirée !!!

Fred Wesley au Sunset/Sunside Jazz club à Paris le mardi 25 février, et au Hangar à Ivry le mercredi 19 mars

Fred Wesley est un tromboniste et un arrangeur américain de jazz et de funk, aussi connu comme tromboniste et directeur musical de James Brown !Il a aussi collaboré avec Macéo Parker, George Clinton…et plus récemment au sein de Abraham Inc avec David Krakauer. Il revient en leader d'une nouvelle mouture des JB's. Son inspiration : le jazz, soul music et gospel.

Signé : La Kinette

Commentaire (3) Clics: 386
Imprimer

Institut suédois

Écrit par Kinette le .

Encore une sortie!

L’Institut suédois à Paris est l’unique centre culturel que possède la Suède à l’étranger et organise des expositions, des concerts, des rencontres littéraires, des projections de films, du théâtre ainsi que des débats et des séminaires sur des questions de culture et de société. Des cours de langue suédoise sont également proposés.

Situé dans le vieux quartier du Marais, l’Hôtel de Marle abrite l’Institut suédois depuis 1971. En acquérant cette maison construite à la fin du seizième siècle, le gouvernement et le parlement suédois suivirent un conseil d’André Malraux qui, en qualité de Ministre de la Culture, fut parmi les instigateurs de la restauration des anciens hôtels particuliers du quartier du Marais. La Collection de l’Institut Tessin tient une place importante dans ce lieu.

CONCERT à l'Institut Suédois le samedi 30 novembre

Tout a commencé avec une question simple. La musique peut-elle changer le quotidien d’enfants vivant dans les camps de réfugiés ? Nils Landgren, acteur majeur du jazz international, Magnum Coltrane Price, son compagnon d’armes de toujours, Dan Sermand, alors directeur général de Médecins Sans Frontières en Suède, et les musiciens du groupe Funk Unit sont partis à Kibera (Kenya), l’un des plus grands bidonvilles africains, pour y produire concerts et ateliers. Nils Landgren, accompagné de trois musiciens de la Funk Unit et de son trombone rouge, viennent à Paris présenter l’album Funk for Life (ACT), enregistré en lien avec ce projet. Des percussions, des riffs agressifs, des cuivres explosifs, sans oublier les vocaux – bref, du groove. Trombone, voix : Nils Landgren ; basse, voix : Magnum Coltrane Price; guitare, voix : Andy Pfeiler ; batterie : Robert Mehmet Ikiz.

Lors de cette soirée est également projeté le documentaire de Mattias Klum, Peter Östlund, Samuel Svensäter et Schiaffino Musarra, qui ont pu filmer ce voyage créatif et humanitaire en Afrique. Vente de CD en soutien à Médecins Sans Frontières.www.funkforlife.com, www.automne-nordique.fr, www.jazzycolors.net

19:00. Projection du film Funk for Life. 56 minutes. 20:00. Concert. Tarif : 8 €. Prévente (complet) (vente sur place le soir même à partir de 17h dans la limite des places disponibles).
Les expositions et le Café suédois restent ouverts.

Signé : La Kinette

Commentaire (1) Clics: 582
Imprimer

Egypte – Croisière Vertige et Légendes

Écrit par Olivier Guignot le .


Destination : CROISIERE NORD
Pays : Egypte
Durée du séjour : 1 semaine
Tour Opérateur : AMV Subocea
Booking : Zitoune
Prix : ~ 1500 €




Toutes les photos du périple sont là:

Egypte – Croisière Vertige et Légendes

Pourquoi choisir un tel nom pour une croisière plongée en Egypte. C’est tout simple : « Vertige » fait référence aux tombants qui s’enfoncent loin dans la mer et « Légendes », car avec cette croisière, on fait un bon dans le temps sur les multiples épaves qu’elle comporte.

Imprimer

Les sorties à venir….la sélection de Kinette

Écrit par Kinette le .

Concerts Jazz, Funk, Soul…

A ne pas manquer:

  • Au New Morning le lundi 18 novembre : JOHN SCOFIELD ET SA FORMATION UBERJAM
  • Avec son groupe, il explore divers influences et styles tout en maintenant un groove irrésistible : la fusion du jazz et de la funk grâce à la richesse de timbres électroniques. Überjam est devenu l'un des projets les plus populaires de la carrière de John Scofield. Du blues au rock, en passant par le jazz, la virtuosité de ce grand monsieur du jazz a côtoyé des légendes comme Miles Davis, Herbie Hanckok, Charles Mingus ou Chet Baker. Il compte sans conteste parmi les guitaristes jazz les plus influents de l'histoire.



  • À La Cigale le lundi 16 décembre à 20H : BEN L'ONCLE SOUL & THE MONOPHONICS
  • Ben l’oncle Soul est de retour avec des concerts et un nouvel album annoncé pour début 2014. Il est prêt à remettre en jeu son titre de Soulman N°1 français. Le registre soul-jazzy qui a fait son succès devrait toujours être présent mais le garçon originaire de Tours devrait tout de même surprendre.







  • Au Bataclan Keziah Jones le mardi 17 décembre
  • Après cinq ans d'absence, Keziah Jones revient habillé de la cape de Captain Rugged («Capitaine Fracasse»), le héros de son sixième disque. Il embarque sur la planète blue funk, encore plus afro, plus soul et plus rock.







  • À Boulogne Billancourt (92) - Carre Belle Feuille / Carre Club Electro Deluxe le jeudi 19 décembre
  • Le groupe vient de sortir un album « HOME » soul funk qui sent bon les années 70. Electro Deluxe est composé de sept musiciens parmi les plus actifs de la scène musicale française a fait évoluer le son électro-jazz de ses débuts en un original cocktail survitaminé de soul et de funk, un Jazz-Funk hybride, nourri de Jungle et de Hip-Hop reconnaissable entre tous.


Expositions

  • À l’Orangerie Frida Kahlo et Diego Rivera du 9 octobre au 13 janvier 2014
  • Frida Kahlo est aujourd’hui l’une des artistes les plus connues et populaires de l’art mexicain du XXe siècle. Les œuvres de ce couple mythique permettent de redécouvrir deux univers artistiques différents mais sicomplémentaires, notamment par cet attachement commun à leur terre mexicaine. Dans le cadre de cette exposition, des visites théâtralisées sont proposées les vendredi 25 et samedi 26 octobre à 19H et les vendredi 8,samedi 9 et vendredi 15 novembre à 19H également :une manière originale de découvrir ces œuvres. Des conférences sont également programmées, à découvrir sur le site de l’Orangerie.






Théâtre

  • Au théatre Dejazet, Frida Kahlo, attention peinture fraîche jusqu’au 12 janvier 2014 du mardi au samedi à 20H et le samedi et le dimanche à 15H
  • L'histoire de Frida Kahlo et son amour de toujours : Diego Rivera. Un spectacle haut en couleur et surréaliste porté par leur fusion et leur amour de l'art, les accompagnant toute leur vie "L'art de Frida Kahlo est un ruban autour d'une bombe." (André Breton)... c'est Diego qui allume la mèche !










Signé : La Kinette

Commentaire (4) Clics: 571